Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Suite à la mission 2019,l’Assemblée Générale d’ADDIL BENIN TOGO du 25 mai 2019 a souhaité faire du PROJET d’action ELEVAGE une opération "test"pour l’élevage solidaire de petits ruminants pour l’autonomisation de femmes vulnérables de la commune de DJAKOTOMEY.

Une évaluation annuelle permettra de prolonger cette action ou de la modifier.

Le directeur exécutif d’IDART BENIN a donc réduit pour le moment à 5 
le nombre de familles bénéficiaires de la "dotation Colette ORHAND "
tout en finançant l’achat des brebis de 5 autres personnes du groupe 
constitué.Ce groupe de1 0 sera solidairement responsable de la réussite de tous.
Chaque femme  s'engage à donner à une autre femme un des moutons nés 
chez elle: "Qui reçoit donne". 
Cette tradition a été reprise récemment  par des ONG locales
 et nous nous en inspirons pour CREDIT ELEVAGE SOLIDAIREte 

Fin  mai s’est tenue une séance d’information et d’échanges avec les 
bénéficiaires ciblés grâce à une étude  faite par PADA
( Programme d’Appui à la Diversification Agricole au Bénin lié 
à la Banque Mondiale ) qui a recensé les personnes  et les villages 
nécessitant  une action sociale pour accroître le pouvoir économique de ces femmes..
Au cours de cette séance, au lieu des chèvres comme nous l’avions 
dit en mai, les bénéficiaires ont vivement préféré les ovins 
pour plusieurs raisons évoquées à savoir :
  • résistance aux maladies,
  •  bonne prolificité,
  •  durée entre deux mises bas réduite à 6 – 7 mois,
  •  exigence de peu de soins,
  •  adaptation facile aux intempéries, etc.) ;
Sur la dotation Colette ORHAND :
-       Acquisition de cinq (5) sujets reproducteurs d’ovins dont 
un (1) mâle :
 ici, les animaux sont actuellement sous traitements préventifs 
vétérinaires et Ils seront remis aux bénéficiaires après leur formation 
de mise à niveau sur l’élevage des petits ruminants.

 L’achat d’une brebis (variable selon la période) est environ 35€,
le géniteur (1 pour 5) : 75€, transport et vaccination à ajouter(5€)
Pour le suivi des activités de l’élevage solidaire, des fiches de
 suivis sont conçues à cet effet et seront améliorées et au fur et 
à mesure de l’évolution des activités sur le terrain.

Des critères de suivi sont expérimentés par l’animateur chargé de
 la santé des animaux :  AWALA Setchédé ,en lien avec les animateurs
 d’IDART BENIN. Le suivi sera aussi pris en charge par la
 dotation Colette ORHAND. 
IDART envisage un « appui » à la  réalisation des enclos et la famille 
contribuera financièrement à l’hygiène dans les enclos et au marquage 
des animaux ainsi que la nourriture bien sûr.
Le fumier sera soigneusement recueilli  pour amender les jardins.

27/06/2019 La photo jointe à ce message constitue le premier lot de sujets d'ovins mis en place à Zouzouvou auprès des femmes vulnérables. Au total, deux groupes étaient identités avant votre décision de démarrer par cinq animaux. Pour ne pas frustrer ou discriminer un groupe ou un autre, lors de la mise en place des sujets reproducteurs, dix têtes ont été acquises dont cinq pour le projet Credit Elevage Solidaire et cinq pour le compte de IDART -BÉNIN. Merci pour la détermination. Albert EDOU

"l'élevage des moutons n'est pas trop différent de celui des chèvres. 
Dans le cas des ovins , l'élevage se fera en semi-claustration. 
A cause de leur docilité, l'éleveur pourra les amener au pâturage 
pour complémentation alimentaire. Il suffit de mettre la corde au cou 
à une seule mère pour le pâturage et tous les autres sujets la suivent.

A la question posée par ADDIL, 
à partir de combien de chèvres le troupeau "dévulnérabilise" les 
situations précaires ? à quel délai après avoir reçu la chèvre initiale?
Albert répond :
Pour faire quitter une cible de vulnérabilité il lui faut 5 sujets dont
 un mâle. Il suffit que la cible arrive à produire par an 12 têtes 
d'animaux à vendre à raison d'un sujet par an. En moins d'un an et demi 
le noyau de 5 têtes peut produire et satisfaire cet objectif
 D’autres questions trouveront leur reponse au cours de
 l’expérimentation.
Combien de troupeaux risquent de déstabiliser le marché local? 

Peut-on envisager la création d'une filière? 

ou faut-il tester d'autres élevages d'espèces différentes?
des images de notre dernière mission de mai 2019 de visites d'élevage
des images de notre dernière mission de mai 2019 de visites d'élevage
des images de notre dernière mission de mai 2019 de visites d'élevage
des images de notre dernière mission de mai 2019 de visites d'élevage
des images de notre dernière mission de mai 2019 de visites d'élevage
des images de notre dernière mission de mai 2019 de visites d'élevage
des images de notre dernière mission de mai 2019 de visites d'élevage
des images de notre dernière mission de mai 2019 de visites d'élevage
des images de notre dernière mission de mai 2019 de visites d'élevage
des images de notre dernière mission de mai 2019 de visites d'élevage
des images de notre dernière mission de mai 2019 de visites d'élevage
des images de notre dernière mission de mai 2019 de visites d'élevage

des images de notre dernière mission de mai 2019 de visites d'élevage

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :